Chimiothérapie et les fragments ARN

Essai Clinique :

« Dose escalation study of an antithrombocytopenic agent in patients with chemotherapy induced thrombocytopenia »
Robert D. Levin , MaryAnn Daehler , James F. Grutsch, John L. Hall , Digant Gupta , Christopher G Lis, Levin et al.
BMC Cancer 2010, 10:565

Le célèbre centre de traitement du cancer, Cancer Treatment Centers of America (CTCA) a mené un important essai clinique de Phase I concernant les ARN-fragments Beljanski. La population visée portait sur des malades cancéreux soumis à différentes chimiothérapies.

La Chimiothérapie et les plaquettes

Les plaquettes sanguines sont absolument essentielles et doivent être maintenues à bon niveau. Mais la chimiothérapie peut détruire les plaquettes. Lorsque le taux de plaquettes est trop bas, il y a risque d’hémorragie, ce qui peut entraîner la mort. Jusqu’à Beljanski, il fallait alors interrompre les chimiothérapies et attendre que leur taux remonte à un niveau acceptable (graphique 1).

Graphique 1 : illustration de la baisse des plaquettes lors de séances de chimiothérapie SANS protection par les ARN fragments :

Devant la perte de plaquettes, les patients sont appelés à retarder leur traitement ou à réduire significativement leurs doses de chimio, voire à terminer prématurément leur thérapie.
Devant la perte de plaquettes, les patients sont appelés à retarder leur traitement ou à réduire significativement leurs doses de chimio, voire à terminer prématurément leur thérapie.

Plaquettes, Fragments ARN et chimiothérapie

Grâce aux ARN-fragments méthode Beljanski dénués de toute toxicité, ces malades ont recouvert leur immunité et sont parvenus à supporter des protocoles thérapeutiques lourds.

Cancer Treatment Center of America (CTCA) a testé deux types de fragments d’ARN : les fragments d’ARN d’Escherichia coli K12 méthode Beljanski, et ceux obtenus à base de levure. Il est intéressant de constater que les fragments à base de levure n’entraînent aucune augmentation du nombre de plaquettes (graphique 3), et ne sont donc d’aucune utilité, tandis que les fragments à base d’E. Coli K12 (méthode Beljanski) —le ReaLBuild®—induisent une remontée spectaculaire du nombre de plaquettes et globules blancs qui peut être observée en quelques heures après baisse induite par la chimiothérapie (graphique 2).

Graphique 2 : résultats observés chez des patients AVEC la protéction des ARN fragments Beljanski® en complément de leur chimiothérapie :

Les fragments à base d’E. Coli K12 (méthode Beljanski) —le ReaLBuild®—induisent une remontée spectaculaire du nombre de plaquettes et globules blancs qui peut être observée en quelques heures après baisse induite par la chimiothérapie.
Les fragments à base d’E. Coli K12 (méthode Beljanski) —le ReaLBuild®—induisent une remontée spectaculaire du nombre de plaquettes et globules blancs qui peut être observée en quelques heures après baisse induite par la chimiothérapie.

Levure et fragments ARN

Dans le cadre de cet essai clinique, le Cancer Treatment Centers of America a testé deux types de fragments d’ARN : les fragments d’ARN d’Escherichia coli K12 méthode Beljanski, et ceux obtenus à base de levure.

Il est intéressant de constater que les fragments à base de levure n’entraînent aucune augmentation du nombre de plaquettes (graphique 3) et ne sont donc d’aucune utilité, tandis que les fragments à base d’E. Coli K12 (méthode Beljanski) —le ReaLBuild®— induisent une remontée spectaculaire du nombre de plaquettes et de globules blancs qui peut être observée en quelques heures après la baisse induite par la chimiothérapie.

Graphique 3 : comparaisons avec des extraits à base de levure :

RealBuild graph CTCA levures
Les fragments à base de levure n’entraînent aucune augmentation du nombre de plaquettes.