16 – L’absence de cytochromes et de certains systèmes enzymatiques dans un nouveau mutant d’Escherichia coli streptomycino-résistant. Comparaison avec la souche sensible dont il dérive.

Authors: Mirko Beljanski
C.R. Acad., Sci., 1954, 238, pp. 852-854.

Available in French only

ABSTRACT: D’après ces travaux, nous étions en mesure de penser que la streptomycine ajoutée à une culture bactérienne, était capable d’empêcher l’assimilation normale des métaux par les bactéries et agissait ainsi indirectement sur les systèmes des oxydases et des deshydrogénases. Elle créerait donc un nouvel équilibre dans la répartition des métaux utilisés par la souche résistante pour sa prolifération. cette hypothèse trouve un appui dans le fait que la souche streptomcino-résistante contient beaucoup moins de fer (45%) que la souche sensible. L’hypothèse se trouve encore étayée par notre observation que la streptomycine, même à doses élevées, n’agit pas sur les deshydrogénases formique, lactique et succinique ni sur celles du glucose.

Download L’absence de cytochromes et de certains systèmes enzymatiques dans un nouveau mutant d’Escherichia coli streptomycino-résistant. Comparaison avec la souche sensible dont il dérive.

15 – Etude à l’aide du 32P de l’accumulation des acides nucléiques chez Staphylococcus aureus et Salmonella enteritidis résistants et sensibles à la streptomycine

Authors : J.GUELFI, M.BELJANSKI
Annales Institut Pasteur, 1954, 86, pp. 115-117.

Available in French only

ABSTRACT: A l’aide du 32P nous avons suivi l’accumulation d’acides nucléiques chez les souches de Salmonella enteritidis et de Staphylococcus aureus, sensibles et résistantes à la streptomycine. Les souches résistantes accumulent à certaines périodes de leur prolifération plus de 32P que les souches sensibles. Elles sont plus riches en acides nucléiques, ainsi que nous l’avons contrôlé par les dosages chimiques des acides nucléiques. La quantité de 32P encorporé dans les acides nucléiques est d’environ 50% de la quantité totale de 32P fixé par les bactéries à la 24ème heure de leur prolifération.

Download Etude à l’aide du 32P de l’accumulation des acides nucléiques chez Staphylococcus aureus et Salmonella enteritidis résistants et sensibles à la streptomycine

14 – Etude des acides nucléiques de souches bactériennes résistantes à la streptomycine et de souches de mêmes espèces mais sensibles à l’antibiotique

Authors : M.BELJANSKI
Annales Institut Pasteur, 1953, 85, pp. 463-469.

Available in French only

ABSTRACT: Les souches streptomycino-résistantes de diverses espèces bactériennes sont, à certaines périodes de leur prolifération, beaucoup plus riches en acides ribonucléiques que les souches sensibles de même espèces. Les souches de Salmonella enteritidis résistant à la streptomycine sont, en outre, plus riches en acide désoxyribonucléique que les souches sensibles. La vitesse de prolifération des souches streptomycine-résistantes ne semble pas dépendre du taux d’acide ribonucléique. Les microgranules provenant d’une souche de Salmonella entertidis streptomycino-résistantes soun beaucoup plus riches en ARN et en ADN que les granules provenant de la souche sensible. La souche résistante est plus riche en fraction”libre” d’acide ribonucléique que la souche sensible. Les souches résistantes accumulent des quantités considérables d’ARN, tandis que leur teneur en protéines reste identique à celle des souches sensibles à la streptomycine.

Download Etude des acides nucléiques de souches bactériennes résistantes à la streptomycine et de souches de mêmes espèces mais sensibles à l’antibiotique

13 – Etude biochimique d’une souche de Mycobacterium tuberculosis streptomycino-sensible et d’une souche streptomycino-résistance dérivée de la souche sensible

Authors : M.BELJANSKI, F.GRUMBACH
C.R. Acad., Sci., 1953, 236, pp. 2111-2114.

Available in French only

ABSTRACT: Nous avons étudié le métabolisme des acides nucléiques d’une souche humaine avirulente de Mycobacterium tuberculosis sensible a 0,5 ug de streptomycine par millilitre et d’une souche résistant à 2000 ug d’antibiotique par millilitre en milieu de Dubos. Bien que les résultats obtenus par 3 différentes méthodes ne soient pas tout à fait superposables en valeur absolue, on a toujours trouvé, par chacune de ces méthodes, des différences quantitatives très nettes entre les taux des acides nucléiques des deux souches.

Download Etude biochimique d’une souche de Mycobacterium tuberculosis streptomycino-sensible et d’une souche streptomycino-résistance dérivée de la souche sensible

12 – Comparaison de souches bactériennes résistant à la streptomycine avec des souches sensibles de même espèce

Author : M.BELJANSKI
C.R. Acad. Sci., 1953, 236, pp. 1102-1104.

Available in French only

ABSTRACT: A la fin de la phase de latence et au début de la phase exponentielle de croissance, nous constatons une accumulation d’acide ribonucléique pour toutes les souches résistantes ou sensibles, mais cette accumulation est beaucoup plus grande chez les bactéries sensibles. Elle persiste pendant un temps plus ou moins long suivant l’espèce bactérienne.

Download Comparaison de souches bactériennes résistant à la streptomycine avec des souches sensibles de même espèce

11 – Comparaison de souches bactériennes résistantes à des antibiotiques avec des souches sensibles de même espèce -III : Cas du sulfamide – IV : Cas de l’azoture de sodium

Author : M.BELJANSKI
Annales Institut Pasteur, 1953, 84, pp. 756-764.

Available in French only

ABSTRACT: I – La phase de latence de la souche azido-résistante est plus longue que celle de la souche sensible. Le rendement de la souche résistante est inférieur à celui de la souche sensible pendant les premières heures de la croissance, mais s’élève finalement à une même valeur. II – La souche azido-résistante accumule davantage d’acide ribonucléique que la souche sensible. Pour les autres constituants des bactéries nous n’avons pas trouvé de différence quantitative.

Download Advanced Comparaison de souches bactériennes résistantes à des antibiotiques avec des souches sensibles de même espèce -III : Cas du sulfamide – IV : Cas de l’azoture de sodium

10 – Comparaison de souches bactériennes résistantes à des antibiotiques avec des souches sensibles de même espèce – II : Cas de la pénicilline

Author : M.BELJANSKI
C.R. Acad. Sci., 1950, 230, pp.875-877.

Available in French only

ABSTRACT: Tandis qu’une souche de Staphylococcus aureus streptomycino-résistante n’accumule que de l’acide ribonucléique, une souche de même espèce, mais pénicillino-résistante, accumule non seulement des quantités supérieures d’acide ribonucléique, mais également de protéines, de mononucléotides puriques et de composés phosphoriques acido-solubles. Ces différences sont peut-être basées sur les modes d’action différents des deux antibiotiques quant aux acides nucléiques : la pénicilline n’empêche pas la dépolymérisation de l’acide ribonucléique qui se dégrade et participe à la synthèse des protéines. La streptomycine, au contraire, se complexifie avec l’acide ribonucléotique (ou avec les nucléoprotéines) et freine sa dépolymérisation.

Download Comparaison de souches bactériennes résistantes à des antibiotiques avec des souches sensibles de même espèce – II : Cas de la pénicilline

9 – Comparaison de souches bactériennes résistantes à des antibiotiques avec des souches sensibles de même espèce -I : Cas de la streptomycine

Author : M. BELJANSKI
Ann. Inst. Pasteur, 1952, 83, pp. 80-101.

Available in French only

ABSTRACT: La découverte des antibiotiques pose de nombreux problèmes d’ordre biochimique et biologique. Si l’on admet que chaque antibiotique agit spécifiquement sur un processus métabolique déterminé on peut, en effet, penser que la perte ou la transformation de ce processus métabolique entraine une résistance spécifique à l’antibiotique correspondant. Nous nous sommes proposé d’analyser le métabolisme des microbes résistants pour voir ce qui les différencie des microbes sensibles normaux de même espèce, puis de voir le comportement de cette souche vis-à-vis de certaines substances chimiques thérapeutiques différentes des antibiotiques. On sait que le fait d’être résistant à un antibiotique ne confère pas la résistance à un autre antibiotique. Cela laisse supposer que les processus de résistance aux divers antibiotiques ne sont pas identiques. Nous pourrions donc espérer déceler ces différences biochimiques entre les souches d’une même espèce, mais résistante chacune à un antibiotique différent.

Download Comparaison de souches bactériennes résistantes à des antibiotiques avec des souches sensibles de même espèce -I : Cas de la streptomycine

8 – Action de la cocarboxylase sur le métabolisme des acides nucléiques chez Staphylococcus aureus sensible et résistant à la streptomycine

Author : M. BELJANSKI
2ème Congrès Intern. de Biochimie, Paris, 1952. Résumé des communications, 99.

Available in French only

ABSTRACT: Les bactéries servant pour ensemencer le milieu (eau poptonée et glucosée) ont été prélevées dans une culture en pleine phase exponentielle de croissance. La souche streptomycino-résistante utilisée a subi trois repiquages sur le milieu sans antibiotique pour éliminer toute trace éventuelle de streptomycine. Avec 7 mg de cocarboxylase pour 100 ml de milieu, des différences nettes apparaissent dans le métabolisme des acides nucléiques, suivant que la souche est résistante ou sensible.

Download Action de la cocarboxylase sur le métabolisme des acides nucléiques chez Staphylococcus aureus sensible et résistant à la streptomycine

7 – Etudes de souches bactériennes résistantes à des antibiotiques. Comparaison avec des souches sensibles de mêmes espèces

Author : M. BELJANSKI
Thèse de Doctorat ès Sciences d’Etat, Université Paris-la Sorbonne, 1951, Paris, Librairie Arnette, 1952

Available in French only

ABSTRACT: La résistance aux antibiotiques s’accompagne toujours dans nos expériences d’une modification très nette de certains processus biochimiques et c’est avant tout le métabolisme des acides nucléiques qui est modifié, mais ce n’est pas pour toutes les substances antibiotiques, le même type d’acide nucléique qui est en cause.

Download Etudes de souches bactériennes résistantes à des antibiotiques. Comparaison avec des souches sensibles de mêmes espèces

6 – Etudes de souches bactériennes résistantes à des antibiotiques. Comparaison avec des souches sensibles de mêmes espèces

Author : M. BELJANSKI
Ann. Biol., 1951, 27, pp. 775-780.

Available in French only

ABSTRACT: La résistance aux antibiotiques s’accompagne toujours dans nos expériences d’une modification très nette de certains processus biochimiques et c’est avant tout le métabolisme des acides nucléiques qui est modifié, mais ce n’est pas pour toutes les substances antibiotiques, le même type d’acide nucléique qui est en cause.

Download Etudes de souches bactériennes résistantes à des antibiotiques. Comparaison avec des souches sensibles de mêmes espèces

5 – Activité biologique des combinaisons streptomycine-acides gras

Authors : F. GROS, M. BELJANSKI, M. MACHEBOEUF, F. GRUMBACH, F. BOYER
C. R. Acad., Sci., 1951, 232, pp. 764-766.

Available in French only

ABSTRACT: L’activité antibiotique des dérivés du benzène paraît liée à la position des groupes nitrés et en rapport étroit avec leur mobilité. La combinaison formée dans la proportion de 4mol d’acide oléique pour une de streptomycine est beaucoup moins toxique que la streptomycine qu’elle contient et même que la dihydrostreptomycine et cependant son pouvoir bactériostatique in vitro ainsi que son action curative chez la Souris sont pratiquement égales à celles de la dihydrostreptomycine.

Download Activité biologique des combinaisons streptomycine-acides gras

4 – Action de la pénicilline sur le métabolisme de l’acide ribonucléique chez Staphylococcus aureus

Authors : F. GROS, M. BELJANSKI, M. MACHEBOEUF
Bull. Soc. Chim. Biol., 1951, 33, pp. 1696-1717.
Available in French only

ABSTRACT: Divers travaux antérieurs ont montré que la pénicilline cause des perturbations dans le métabolisme ribonucléique chez les bactéries. Nous avons en effet constaté l’inhibition du catabolisme des ribomononucléotides puriques chez Clostridium sporogenes non-proliférant, ainsi qu’un ralentissement très sensible de la dégradation de l’acide ribonucléique au cours de l’autolyse. Nous avons proposé l’hypothèse suivante : l’inhibition du catabolysme des mononucléotides produit leur accumulation qui retentit sur d’autres étapes du catabolisme ribonicléique et en particulier sur la dépolymérisation des polynucléotides par la ribonucléase.

Download Action de la pénicilline sur le métabolisme de l’acide ribonucléique chez Staphylococcus aureus

3 – Mode d’action de la pénicilline chez Staphylococcus aureus. Inhibition d’un système enzymatique extrait des bactéries

AUTHORS : F. GROS, M. MACHEBOEUF, M. BELJANSKI
C.R. Acad. Sci., 1950, 231, pp. 184-186.

Available in French only

ABSTRACT: La péniciline inhibe le catabolisme bactérien de l’acide uridylique et plus encore celui de l’acide guanylique. Parmi les dérivés de ces mononucléotides, seuls les nucléosides ont leur catabolisme bloqué par l’antibiotique. L’action inhibitrice de la péniciline porte sur un système enzymatique que nous avons pu extraire des bactéries.

 

Download Mode d’action de la pénicilline chez Staphylococcus aureus. Inhibition d’un système enzymatique extrait des bactéries“

2 – Comparaison biochimique d’une souche bactérienne sensible à la streptomycine avec une souche résistance de même espèce

Authors : F. GROS, M. BELJANSKI, M. MACHEBOEUF, F. GRUNBACH

C.R. Acad. Sci., 1950, 230, pp.875-877.

Available in French only

ABSTRACT: Pendant la phase latence qui précède la croissance logarithmique, une souche de Staphylocoque streptomycinoresistante accumule des quantités d’acide ribonucléique très supérieures a celle qui sont accumulées par la souche sensible dont dérive la résistante. L’acide désoxyribonucléique, les nucléotides et les protéines ne sont pas acculés en excès.

Download Comparaison biochimique d’une souche bactérienne sensible à la streptomycine avec une souche résistance de même espèce